Texte

On ne se lassait pas... (1991)

Auteur :
Extraits :

J’écrivais des mots des portes pour les encres de Jean
Secrètement je pensais mourir jeune
J’avais une belle gamelle d’or et d’ordure
Jean connaissait le goût du venin et j’épongeais son front et il épongeait le mien
Aux écluses autour d’un verre on regardait passer les grands chalands de l’amitié et de la poésie
Paix sur nos âmes ! Dans la lumière aux parapets de brumes nous célébrions nos épousailles paranoïaques.