Texte

L’oiseau de Feu (1962)

Extraits :

A Jean Raine

Déclarant sa flamme au miroir l’oiseau de glace brûle sans laisser de cendres. En habit de séducteur, éclat d’un rêve invisible, il échappe à la réalité de l’amour. Il n’allume, fossile solaire, que sombrement les temps passés. Vautour, peut-être qui dévora le foie de Prométhée. Ancien vautour, mauvais à mémoire humaine.