Texte

Jean Raine, initialement passionné... (2001)

Extraits :

Le petit festival du film expérimental et abstrait
L’intérêt qui régnait dans la section belge de Cobra pour les nouvelles expériences dans le domaine du cinéma s’est manifesté à Liège par la tenue d’"un Petit Festival du film expérimental et abstrait" dans le cadre de la IIè exposition d’art expérimental. L’organisation en fut confiée à Jean Raine, personne toute désignée étant donné ses liens avec les Cinémathèques françaises et belges. Raine proposa une sélection substantielle de ces films expérimentaux, notamment ceux de Fernand Léger, Hans Richter, Norman McLaren, Luigi Véronesi, devenus célèbres.

Jean Raine
Initialement passionné par le cinéma, Jean Raine (1927-1986) n’est venu à la peinture que vers 1958 ; il a alors bénéficié du soutien d’Alechinsky tout en subissant son influence. C’est seulement après avoir traversé des périodes marquées par la maladie, qu’il peut réellement relever le défi : de 1962 à sa mort, il ne cessera de peindre. A l’instar d’Alechinsky, il use essentiellement de l’encre pour s’exprimer et également de la peinture acrylique sur papier. Lui aussi adopte la technique des calligraphes extrêmes-orientaux en posant le papier par terre et en gardant toute liberté de mouvement. Il fait assez rapidement sienne une manière que l’on reconnaît à un réseau serré de lignes et de surfaces colorées inextricables ; les feuilles ainsi peintes rappellent les oeuvres de Jackson Pollock.

Il est impossible de nier que Raine emploie le langage Cobra. De cet enchevêtrement fiévreux d’encre et d’acrylique, émerge en effet un univers peuplé de créatures imaginaires et mystérieuses. Si cet univers est proche de celui d’Alechinsky, Jorn n’en reste pas moins la source d’inspiration première.

Notice :
L'auteur avait consacré sa thèse au mouvement Cobra en 1974. Elle a ensuite publié plusieurs livres sur le même sujet.